LES TEXTES (LYRICS)

LE COEUR DE LA NUIT ...

 

WINTER IS COMING (Intérieurs Nuit)

 

It’s a lion, it’s a flower, something's  gonna make me feel

It’s a diamond, it’s a power, nothing can happen to me

It’s a sign, it’s a shadow, I just got a feeling

It’s a bird, a black crow, flying away in the threatening clouds

 

Over the wall, from the far North, they're waiting for a Bigger Storm

Over the wall, from the far North, they're waiting for a Bigger Storm

 

Fear, fear, winter is coming 

 

You gotta see it, oh you gotta feel it

Oh, Oh winter is coming

You gotta see it, oh you gotta feel it

Oh, Oh, winter is coming

 

It’s a rumour, it’s a murmur, someone's gonna be all ears 

It’s a diamond, it’s a power, nothing can happen to me

It’s a sign, it’s a shadow, maybe it's a blowing wind

It’s a bird, a black crow, flying away in the threatening clouds

 

Over the wall, from the far North, they waiting for a Bigger Storm

Over the wall, from the far North, they're waiting for a Bigger Storm

Fear, fear, winter is coming 

 

You gotta see it, oh you gotta feel it

Oh, Oh winter is coming

You gotta see it, oh you gotta feel it

Oh, Oh, winter is coming

to do do do do do do

to do do do do do do

to do do do do do do

to do do do do do do …

 

 

A TRAVERS TES YEUX  (Intérieurs Nuit)

 

Hey oh ah ...

 

Ce que je vois avec tes yeux                   

Quand je ferme les miens

Ce que je vois avec tes yeux                              

Ce n’est pas rien

 

Ah oui, ça m’a crevé les yeux     

Je le vois bien

Ce que je vois du fond de tes yeux                   

J’en ai besoin, j’en ai besoin

Dis-moi tu vas m’ouvrir les yeux

Je ne vois rien

Oh oui, tu vas m’ouvrir les yeux

Je le vois bien

 

Et moi, je n’en crois pas tes yeux           

Je m’en sors bien

La vie est chaleur, chaleur feu

Elle m’appartient, elle m’appartient                   

Oh oui, tu m’as ouvert les yeux

Je suis divin

Même quand je joue avec le feu

Au plus malin

 

Le monde est plein, est plein de creux  

Je vois plus loin

Et si je danse avec tes yeux

C’est dans les miens

 

J’ai des étoiles plein les yeux                             

Comme c’est divin !

Quand tu me fermeras les yeux …                     

 

Je serai loin

Je serai bien

Je serai loin, je serai bien, je serai loin, je serai bien ...

 

FEMEN  (Intérieurs Nuit)

 

Hey, Children,

When you turn on the light on your screen

There is a beast awake underneath

Look around, there's a life in between

 

Woman,

You try not to be on your knees

With your breast, oh you feed and you fight

Your beauty, it’s duty and right !

 

Femen, sharing your fight,  your mind, I’ll be free

Femen, sharing your fight, just a little bit, just a little more

Old time, Sorceress

You're burning inside for your life

With your spells, oh you feed and you fight

Your cries, it’s duty and right !

 

Servants of the light

Always you walk in the dark

Happily hide and disguise

Freedom is on second life

 

Femen, sharing your fight,  your mind, I’ll be free

Femen, sharing your fight, just a little bit, just a little more

 

The bells will never ring

The beast will never hide

The god will never kill

The wind will never heal

The bells will never ring

The beast will never hide

The god will never kill

The wind will never heal

 

Run, run, run, run !  2X Run …

Run, run, run, run !  2X Run …

Femen, sharing your fight,  your mind, I’ll be free

Femen, sharing your fight, just a little bit, just a little more

... Just a little more

 

COPIER COLLER  (Intérieurs Nuit)

 

Copier, copier, copier, coller

Aimer, je t’ai ... aimé

Et je t’ai épaulé et jeté

Promis, promis, promis, juré !

 

Copier, copier, copier, coller

A couteaux, couteaux, couteaux tirés

Double six, pour jeter les dés

Chasser, chasser, chasser, croisé

 

Souffler, souffler, souffler, joué

Rouler, rouler, rouler, bouler

Juste un pas, un pas de côté

Touché, touché, touché, coulé

 

Touché, coulé, tu te perds dans tes rêves ou dans mes pensées

Craché, juré, la porte est resté fermée

 

Copier, copier, copier, coller

Couteau, couteau, couteau tiré

Epauler, épauler, jeter

Chasser, chasser, chasser, croisé

 

Souffler, souffler, souffler, joué

Rouler, rouler, rouler, bouler

Juste un pas, un pas de côté

Touché, touché, touché, coulé

 

Touché, coulé, je me perds dans mes rêves ou dans mes pensées

Craché, juré, mais ta porte est resté fermée

Sans blague,  que tu fais semblant

Jouer, serrer le noeud coulant

Sacré tournant, tourner le vent

souffler, chemin faisant ...

 

Contre-chants : promis juré ... ad lib ...

 

Copier, copier, copier, coller

Copier, copier, copier, coller

Copier, copier, copier, coller

Couteau, couteau, couteau tiré

Soufflé, soufflé, soufflé glacé

Partie, partie, partie carrée

 

Croiser les doigts, marquer le pas

Céder le pas, sauter le pas

Juste un pas

Un pas de côté sur le bas côté.

 

CONTRE VENTS ET MAREES (Intérieurs Nuit)

Contre vents et marées

Je ne vais pas y toucher

Oui, c'est ma seule liberté

Ne pas me faire aveugler

 

S'il reste un peu de beauté

Sous le ciel voilé

Au fond de la grotte sacrée

Il n'y a rien à cacher

Sans vouloir te blesser

Ton destin est scellé

Les augures ont parlé

Dans le verre vidé

 

Sous le règne des fées

Les lutins sont comblés

La fumée a parlé

Il est temps de lâcher

 

Quand le cor a sonné

Le décor a changé

Les yeux se sont levés

Et les têtes sont tombées

 

Les blessures passées

Sont à peine pansées

Mais le temps est compté

Et le vent s'est levé et le vent s'est levé contre vents et marées !

 

Puis la mer s'est calmée

Rejetant les derniers

Et l'histoire achevée

Sur un sabre brisé

 

Sous le ciel étoilée

Un autre homme s'est levé

Et son coeur a parlé

Et ses mots ont sauvé,

 

Quand le cor a sonné

Le décor a changé

Les yeux se sont levés

Et les têtes sont tombées

 

Les blessures passées

Sont à peine pansées

Mais le temps est compté

Et le vent s'est levé et le vent s'est levé contre vents et marées !

 

Depuis, les hommes l'ont quittée

Et la terre est glacée

Mais la graine est semée

Il n'y a plus qu'à rêver ....

 

Quand le cor a sonné

Le décor a changé

Les yeux se sont levés

Et les têtes sont tombées

 

Les blessures passées

Sont à peine pansées

Mais le temps est compté

Et le vent s'est levé et le vent s'est levé contre vents et marées !

 

LA REINE DU BAL (Intérieurs Nuit)

 

Au goutte à goutte, la vie se meurt

Tu n'aurais pas dû la toucher

 

Par ton épée, pour son honneur

Tu n'aurais pas dû l'approcher

 

Au goutte à goutte, la vie se meurt

Tu n'aurais pas dû / la toucher

Par ton épée, pour son honneur

Tu n'aurais pas dû l’approcher

 

C'étais la Reine du Bal, la fleur du Mal, de sang royal

La Reine du Bal, la source des râles, dans l'arrière salle, sale, sale, sale

Fallait qu'ça emballe ! Fallait qu'elle régale ! Fallait qu'elle déballe !

La Reine du Bal, une femme fatale, mais t'avais le masque, sale,

 

Mais Doux Jésus, dans l'air du temps, chantait le prince charmant

Mais Doux Jésus, à la Saint-Jean, se pavanaient les paons

Mais Doux Jésus, au vent d’Autan, se ramassaient les glands

Mais Doux Jésus, dans l'air du temps,

 

Derrière les masques, y'a des vivants

Toi qui te joue des faux-semblants

 

Et sous mon masque, un mort-vivant

Quand je tends la joue en tremblant

 

Ca tourne encore jusqu'à plus soif

Même quand l'envie s'en est  allée

S'il me faut partir sur tes traces

Oh ma reine, j'en ai  plus qu'assez

 

Ma Reine du Bal, en prince de Galles, une queue de cheval,

Ma Reine du Bal, sans rivales, une fille de salle, sale, sale, sale

Fallait qu'tu emballes ! Fallait qu'tu régales ! Mais fallait qu'tu détalles !

La Reine du Bal, une femme fatale, mais t'avais le masque, sale,

 

Mais Doux Jésus, dans l'air du temps, j'étais ton prince charmant

Mais Doux Jésus, sur l'air d’Antan, valsaient tous tes amants

Mais Doux Jésus, au fil du temps, je ramassais leurs gants

Mais Doux Jésus, dans l'air du temps

 

Et tout ce sang, depuis longtemps

Ce que je sens, l'odeur du sang

 

Tu me dis qu'il est encore temps

Mais moi, ce soir, … je jette le gant

 

A CEUX QUI NE TOMBENT JAMAIS (Intérieurs Nuit)

A ceux qui ne tombent jamais

Chambre 3008

Sur le balcon, je sens l'air frais, l'air frais de la nuit

J'entends une voiture au loin

Je bois mon whisky, … l’air frais de la nuit

 

Je la connais cette vue

Cette fois, c’est différent

Nul ne connaît cet endroit

Ce soir, j’ai tout mon temps

Quand je l’aurais décidé

Rien ne pourra m’arrêter

Je suis un passager de la nuit

A ceux qui ne quittent jamais

le lit de leur vie

au fond d'un petit nid douillet, un lit dernier cri

J'entends un cri dans la nuit

Un appel au loin

Je plonge ....je plonge 

 

Quelqu’un frappe à la porte

Surtout ne pas déranger

Pourquoi faudrait que j’men sorte ?

Je n’ai rien négligé

les deux pieds sur la rambarde

Je vois les rush, les rush de ma vie

 

J’ai vidé le bar,

J’ai vidé mes poches

J’entends des voix qui m’appellent

Des voix qui s'affolent,

Je ne veux pas laisser de trace

Juste un dessin à la craie, ... quelques jours ... sur le trottoir

Je jette, jette, jette, je jette le téléphone

Je jette, jette, jette, je jette tout ce que j'ai

Je jette mon amour pour toi

Je jette, par dessus bord, tous les remords

 

Je jette, jette, jette,je jette la télé

Je jette, jette, jette, je jette tout que j’émets (j’aimais)

Je jette tout ce qui m’en sort

Je jette par dessus bord, tout c’qui ressort

Je jette, jette, jette,je jette mes illusions

je jette, jette, jette, jette, un dernier regard

Je jette dans l'inconnu mes dévolus

je jette un cri, je jette un sort, à ceux qui ne tombent jamais

 

Whisky, alcool, loin d’ici, je m’envole ...

Whisky, alcool, c'est ma vie qui décolle

 

Partir avec toi

Laisser tomber la vie des autres

Jeter une bouteille à la mer

Et puis s'exploser dans le ciel

 

Partir avec toi

Et oublier la vie des autres

Jeter une bouteille à la mer

Et puis s'exploser dans le ciel

 

Whisky, alcool, loin d’ici, je m’envole …

Whisky, alcool, c'est ma vie qui décolle

A ceux qui ne tombent jamais

Qui ne lâchent rien

A ceux que l'amour aveugle

quiparlent de ceux qui ne tombent jamais

 

A qui rien ne résiste

Qui toujours persistent

qui ont sauté, pensé, à ceux qui ont renoncé

A suivre / To be continued  

(autres textes à paraître / more to come ...)

Haut de page / Back to top

© 2017 par Intérieurs Nuit.

Créé avec Wix.com